/medias/image/6178128415b990f2d666f4.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Découvrez le portrait de Michaël ARNAUD

Interview

-

20/03/2015

Michaël ARNAUD, étudiant en licence 2 d' Economie Gestion est un étudiant plus qu'impliqué sur le campus. vous pouvez découvrir son parcours en lisant son interview ci-dessous.

ARNAUD Michaël, 19 ans, étudiant de Perpignan à l'IAE (Institut Administration des Entreprises) affilié à l'Université de Perpignan Via Domitia. Issu d'un Bac ES et actuellement en seconde année de licence, je poursuis ces études dans la perspective de continuer dans un Master Banque et Assurance (MBA) pour atteindre la gestion de patrimoine, projet professionnel qui motive mes études.
 
Il n'est jamais trop tôt pour se consacrer au métier auquel on souhaiterai se dédier, pour cette raison et pour compléter d'autant ma formation généraliste relative à l'Économie et à la Gestion, je poursuis un Diplôme Universitaire en Création et Reprise d'Entreprise afin de bénéficier d'une formation complémentaire, parmi les plusieurs proposées à l'UPVD afin d'acquérir une spécialisation supplémentaire sur 1 an.


Etudiante à l’UPVD, pourriez‐vous nous présenter votre parcours universitaire ?

Je suis relativement nouveau dans le milieu universitaire, l'ayant intégré à la rentrée suivant mon Baccalauréat, je suis en pleine seconde année de licence IAE. Néanmoins, je ne me contente pas de cette licence, certes c'est satisfaisant mais pourquoi s'en suffire alors que tellement d'autres opportunités nous sont offertes sur un plateau d'argent ? Pour ma part, je poursuis une formation d'une année via l'UPVD en parallèle de mes études, appelé Diplôme Universitaire, ils sont un bon moyen de nous spécialiser sur un point donné afin d'acquérir une double-compétence. Ils sont valorisants à l'égard des professionnels et nous apportent en crédibilité, ce dont nous avons bien besoin en tant qu'étudiant. Les étudiants profitent de tarifs préférentiels, c'est sans doute l'occasion de rajouter des cordes à son arc. Le mien concerne la Création et la Reprise d'Entreprise, et me permet d'avoir les compétences requises pour la création d'un cabinet de gestion de patrimoine.
         Si vous ne vous sentez pas prêt à investir un D.U, parce-que vous n'avez pas d'idée précise de ce que vous voulez en faire, qu'est ce qui vous empêche d'assister à d'autres cours en dehors de ceux qui sont prévus au sein de votre licence ? Personnellement, je n'hésite absolument pas à rejoindre les étudiants en droit pour assister à un cours de fiscalité de temps en temps. En plus de nous guider dans notre orientation, ils sont un bon moyen de compléter notre formation dans le sens qui nous intéresse, sans pression d'examens !

J'ai eu la chance de trouver la filière qui me correspondait du premier coup, pourquoi ? Pour la simple raison qu'avant même d'intégrer le système universitaire, j'ai pris le soin de définir le métier qui me plaisait, pour ensuite orienter mon choix d'études. Cette licence ne peut se suffire à elle même pour me faire intégrer la gestion de patrimoine, mais elle est la voie à privilégier pour intégrer le master qui aura cette vocation. Cette voie guide aux métiers de la banque, du commerce international, du management, de la finance, de la création et de l'administration des entreprises...
Une licence à mon sens généraliste, aboutissant à des masters diversifiés et a forts débouchés.


Pourquoi avez-vous choisi d’étudier à l’UPVD ?

Plus qu'un simple lieu pour étudier, l'Université est le lieu privilégié pour être confronté à de multiples étudiants, plus de 7000 ici. C'est une opportunité rêvée de se constituer un réseau pour notre futur professionnel. Je ne vois pas l'Université comme la contrainte obligatoire afin d' obtenir un diplôme au terme des 3 ans d'une licence, mais plutôt comme une chance de s'ouvrir, de faire des bonnes rencontres qui peuvent chambouler nos projets. A la sortie de nos études nous formons un ensemble homogène avec tous les mêmes qualifications pour chaque filière ; avoir l'opportunité de se dénoter (associatif, emploi étudiant, formation complémentaire) grâce à l'emploi du temps souple de l'université, là est le réel avantage de ce système. Chaque évènement organisé par l'UPVD est un bon moyen pour échanger avec des personnes qui peuvent nous apporter par leurs expériences. Et ne nous le cachons pas, il n'y a pas mieux que l'université pour profiter d'une ambiance étudiante digne de ce nom !


Appréciez-vous d’étudier à l’UPVD ?

Il faut arrêter de catégoriser l'université comme l'endroit où l'on se dirige par dépit lorsque nous n'avons pas eu le courage d'aller en classe préparatoires ou autres. Depuis bientôt deux ans que je suis à l'UPVD, je suis entièrement satisfait de cette expérience. Qu'est ce qui m'a convaincu ? En plus d'avoir la liberté de pouvoir se dédier à des activités extra-scolaires organisé par l'UPVD, c'est le fait d'avoir un enseignement prodigué par des chercheurs de renom (le CAPEM pour l'IAE), et des professionnels issues de secteurs qui font l'objet de nos études qui m'a attiré. Où pouvons-nous rencontrer un tel climat dans les environs ? Nulle part, croyez moi.
Pour chacune de nos problématiques, nous pouvons trouver un expert capable de nous conseiller.


Votre implication au sein de l'UPVD

Outre le cortège d'intervenants qualifiés chargé de nous former, les possibilités offertes par le campus est ce qui a contribué à me convaincre d'étudier à l'UPVD.
Pour vous donner un ordre d'idée pour cette année, je dois passer autant de temps dans l'associatif qu' en cours. L'associatif est souvent considéré comme une charge, qui n'apporte rien car basé sur le bénévolat, je ne partage absolument pas ce point de vue.

Chaque semaine, des interventions de professionnels, des serious-games, jobs étudiants, réunion alumni, cordées de la réussite, soirées.... en plus des multiples projets organisés par les nombreuses associations constituants l'UPVD, permettent non seulement d'apporter de la vie dans notre université mais aussi de nous enrichir, d'autant que ces activités sont ouvertes à tous !
Attention, je ne prétends pas participer à tout ce qui nous est proposé, il y'en a pour tous les goûts, à nous de piocher dans ce panier.
Mais pourquoi m'investir dans de tels activités ? Pour encore une fois augmenter ses opportunités. L'implication n'est pas qu'un investissement altruiste qui va que dans un seul sens, c'est un échange, un compromis gagnant-gagnant. Je vois quelques raisons qui font que participer à des actions, peut- être constructif :

            - Elle témoigne d'un dynamisme, d'un réel intérêt à s'investir dans une organisation auprès des professionnels. Je vous assure que lors des entretiens d'embauche, la ligne associatif avec les différents évènements auxquels j'ai pu contribuer joue bien plus que ma formation en elle-même. Cette expérience accapare le regard, intéresse, intrigue, donne au recruteur l'envie de nous rappeler, et fait souvent mouche. Pourquoi s'en passer, sachant que ce sont des activités qui sont ouvertes à tous.

            - Nos compétences se développent que ce soit notre oral pour la communication des projets, notre capacité de gestion/organisation via l'évènementiel (gala, soirées...). Avoir un statut de président, trésorier, secrétaire au sein d'une association représente déjà une première expérience professionnalisante, reconnue par les recruteurs. Donc ceux qui ont du mal à agrandir leur CV avec des expériences concrètes, l'associatif universitaire est une chance que vous vous devez de saisir.

            -Le réseau, s'ouvrir à autre chose que ses études est synonyme d'échange avec des personnes que nous n'aurions jamais rencontrés sinon. Ce réseau peut aboutir à bien plus d'opportunités que nos simples études.
Avec l'associatif j'ai l'occasion d'aller partout en France pour participer à des évènements de toutes sortes, rencontrer des personnes aussi investies... C'est une chance sans équivoque.
Par tout hasard, mais ma simple participation a un évènement comme le Week End Challenge Entreprenariat organisé par l'UPVD le 17 octobre dernier, m'a fait rencontrer un professionnel, qui en discutant m'a donner l'opportunité de faire un stage à ses cotés.
 
Quelques évènements organisés en collaboration avec l'UPVD auxquels j'ai pu participer :

http://www.iae.univ-tours.fr/projets/iaechallenge/files/2012/12/very_large_28777_13988_relevez-le-defi-de-la-14e-edition-des-manageriales1.jpgLes Managériales : Business Game national, j'ai pu participer à ce concours le 21 janvier 2015 avec mon équipe composée exclusivement d'étudiant issus de la licence IAE. Une expérience hors-norme regroupant plus de 200 participants venus de tout horizon pour une journée sur Montpellier autour de la création et la gestion d'une entreprise virtuelle. Le principe ? Nous sommes à la tête d'une entreprise, sur un marché composé des mêmes entreprises que la notre. On nous affecte un produit  dont nous ne connaissons absolument pas la nature jusqu'au commencement du concours. Chacun ayant la même base de produit, il faut gérer son entreprise de sorte à dominer le marché, être le plus rentable, compte tenu de la qualité, de la communication, de la publicité, du comportement du marché et de ses concurrents. Tous les choix pour notre entreprise sont possibles, comme si nous étions dans la réalité. Faire un emprunt auprès de la banque afin d'accroitre ses capacités de production ? Possible. Faire une alliance avec une entreprise concurrente pour faire un partenariat et réaliser des économies d'échelles, recruter/licencier des commerciaux, commander des matières premières, tout ceci est possible voire nécessaire tout le long du jeu. Entreprendre est la chose la plus risqué que l'on puisse faire, mais il faut savoir maitriser le risque que l'on prend, nous ne sommes pas l'abri d'une grève de nos salariés, ou d'un convoi de matières premières que nous avions commandés qui n'arrive jamais à destination, il faut donc avoir une bonne gestion pour faire face à tous les risques qui seraient susceptibles de nous atteindre. Lors de ce concours, nous devions vendre des autocuiseurs connectés. A nous alors de choisir un nom de marque, de réaliser des campagnes de publicités adaptés au segment de clientèle visé, de fixer des prix assez bas pour être compétitifs mais assez élevé pour conserver ses marges... A la fin de la journée, les équipes sont départagées selon leurs bénéfices générés, et leur capacité à convaincre un auditoire de professionnel sur la stratégie qu'elles ont adoptée, en français et en anglais ! A la clé, 2000 euros à gagner, et une formation intensive sur la gestion d'entreprise, tout cela sur Montpellier avec des amis, que demander de plus ?
           
 
Week- End Challenge Entreprenariat :

http://www.pres-suddefrance.fr/formation/pepite.png           
            Dans la même lignée que Les Managériales, ce business-game est cette fois-ci uniquement réservé aux étudiants de l'UPVD. Organisé sur deux jours sur le port de St-Cyprien, nous sommes immergés le temps d'un week-end dans un nouveau cas de gestion d'entreprise. Regroupant 40 étudiants de tous les niveaux, de Licence à Doctorants, les équipes sont cette fois ci composées aléatoirement de 4-5 étudiants de manière équilibrée.
Pour ma part, je n'y connaissais rien en gestion, par conséquent j'ai vu en ce week-end une bonne occasion de me former de manière ludique. Nous arrivons le soir, à peine le temps de faire connaissance que l'on nous donne l'énoncé précisant les conditions de marché relatives à des huiles hydratantes et des produits anti-rides que nous devons vendre. Dès lors, certaines équipes vont jusqu'à faire nuit blanche pour établir une stratégie imparable pour le lendemain, tandis que d'autres se disputent sur leur désaccords. Nous devons choisir à quel fournisseur nous adresser, choisir la quantité de matière première nécessaire à notre production, acheter des machines en conséquences, emprunter à la banque... Tout ceci via une simulation par ordinateur. Inconsciemment la pression est là, nous nous méfions des équipes concurrentes, nous essayons d'anticiper leurs comportements, des alliances comme des arnaques se mettent en place... En somme, une immersion totale, complétée par un passage devant des professionnels se faisant passer pour nos actionnaires, afin que nous leur justifions nos prises de décisions, notre bilan, notre stratégie...
En deux jours, j'ai appris autant qu'en une année de formation... Une expérience que je recommande évidemment vivement puisqu'elle est gratuite !
 
 
 
https://fbcdn-profile-a.akamaihd.net/hprofile-ak-ash2/v/t1.0-1/c22.0.160.160/p160x160/1000496_231655350327983_2015598086_n.png?oh=093d8f69489e63a4341bc3467b4c6a11&oe=558CE944&__gda__=1431962429_7fa838b3e1dac965bc0cfa9bca96c410Association IAE Perpignan : L'année dernière membre actif pour découvrir le principe d'une association faisant office de BDE (Bureau des Etudiants) pour les étudiants d'IAE, j'ai trouvé que s'y investir davantage était une réelle opportunité de davantage profiter de son enseignement dans le supérieur.
Développer ses compétences en équipes pour contribuer à améliorer le bien-être des étudiants par l'intermédiaire de nos partenariats et évènements festifs (gala, soirées, Coupe de France des IAE..) que l'on organise. Un véritable moyen ludique de s'accoutumer à des fonctions formatrices, reconnues par les pros.
L'associatif est une opportunité sans nom de pouvoir, non seulement de faire rayonner son université, mais aussi de rencontrer des contacts au niveau local et même national, toujours dans une ambiance jeune et étudiante, en pouvant améliorer ses compétences et son CV par la même occasion.

http://associations-stnom.org/logos/rotary-logo-internat.jpg
            Rotary : Le rotary est partenaire de l'UPVD. Ppour ceux qui ne connaissent pas, c'est est une énorme association Internationale dédiée à mener des actions pour l'intérêt général. Je fais partie du Rotar Act de Perpignan, filière 18-30 ans du Rotary, Afin d'apporter mon aide, et avoir une expérience internationale par l'intermédiaire d'une association comptant plus d'un million de membres, donc connu et reconnu dans le monde entier. Pour vous donner un ordre d'idée le Rotar Act intervient en support auprès d'autres associations tels que les Restos du Coeur, la Banque Alimentaire...
           
http://www.upe66.com/uploads/images/news/suw.JPGStart Up Week end : Le principe de ce concept étrange sponsorisé par Google for entrepreneurs initialement aux USA et qui est arrivé sur Perpignan le 27 février dernier? Passer 54 heures pour passer de l’idée d'entreprendre à la startup. Réaliser un pitch pour convaincre l'auditoire de son idée innovante afin de constituer une équipe, appuyer par des professionnels ou simplement adhérer à un projet pour l'aider à avancer, là est le but de ce week-end. Pour l'équipe lauréate, une dotation de 12 000 euros pour concrétiser ce projet (Suivi par un expert comptable, dépôt de marque, locaux dans des incubateurs, campagne marketing...)
Tremplin pour les étudiants, les professionnels et les startups, accélérateur de projets,  shaker social et professionnel, Startup Weekend est une expérience  qui fonctionne partout dans le monde, ce sont plus 1 500 événements dans le monde par an.
            Ce Week-end à radicalement changer ma manière d'envisager l'entreprenariat. Ambiance concurrentiel mais hyper-convivial, nous avons été soutenu par des coachs à succès-story chacun spécialisé dans un domaine (Communication, développeur application-mobile, web-marketeur...).
Nous étions bien plus d'une soixantaine de participants, tous regroupés autour d'idées innovantes, à la limite du farfelu, mais à potentiel terriblement grand.
Des applications ont vu le jour, des sites et même des prototypes matériels.
Cela ne m'étonnerait pas que des projets soient commercialisés dans les 6 prochains mois, sans aucune difficulté. Certes nous avons dormi 5 heures en 2 jours, mais nous avons développé une idée de start-up dont nous sommes en train de poursuivre le développement dorénavant, tout simplement grâce à ce week-end ! Secret professionnel oblige, je ne divulguerai aucune autre information !!!                            Un autre Start Up Perpignan aura lieu l'année prochaine, pour rien au monde vous ne devez rater ça même si vous n'avez aucune idée à proposer.Cette évènement est le meilleur moyen d'apprendre ou de s'associer à un projet qui peut devenir le Snapchat ou Uber de demain.
 
 
20141113-iaefrance-cdf2015-1.bmp La Coupe de France des IAE : Véritable tournoi sportif réunissant près de 1000 étudiants !
Cet évènement national dédié aux IAE de partout en France, nous regroupe autour de 4 sports :


- Football
- Basket-ball
- Handball
- Volley
 
Se déroulant chaque année au mois de mars, chaque IAE doit regrouper ses 30 sportifs les plus motivés ainsi que ses 10 supporters les plus enthousiastes pour affronter les autres équipes. En somme une ambiance incroyable à coups de tambours, cornes de brume, mascottes, pom-pom girls, drapeaux, musiques et chants locaux !
2015 a été la première année pour laquelle Perpignan a pu participer à cette Coupe de France.  Le 15 mars dernier, nous avons prôné haut et fort nos couleurs sang et or, notre accent, nos coutumes et nos spécialités ! Perpignan a pu rayonner au niveau national. En plus d'être le moyen pour rencontrer des étudiants comme nous de toute la France, partager, rire ensemble, Perpignan a maintenant une réputation qu'elle se doit de tenir ! Elle est le plus grand évènement national pour les étudiants d'IAE, Perpignan y participera dorénavant chaque année pour représenter sa ville sportivement et festivement bien entendu !
Certes, le retour à la réalité, avec la fatigue a été dur, mais on revient dans le sud avec des images, vidéos et des amis plein la tête. C'est pour passer des moments comme ceux-là, inoubliables, où nous sommes tous fédérés, que nous sommes aussi dans l'enseignement supérieur.
C'est le week-end de folie à faire au moins une fois dans sa vie étudiante, pour les étudiants d'Economie et Gestion !


Un projet professionnel ?

Je ne suis qu'en seconde année d'une licence IAE qui me permettra de me dédier ensuite à la gestion de patrimoine via un master MBA (Métiers de la Banques et des Assurances). La licence m'apporte des connaissances transversales, diversifiés, généralistes dans le but d'être polyvalent et ensuite d'envisager la spécialisation. Mais je suis conscient qu'elle est le chemin pour y parvenir, il est nécessaire d'avoir des connaissances étendues sur le secteur qui nous intéresse pour être efficient ensuite. Au terme, oui, elle m'aura apporté la formation requise pour mon projet de création de cabinet.

Bien que nous n'avons qu'un seul stage obligatoire tout au long de nos 3 ans de licence, qu'est ce qui nous empêche de nous investir dans un stage afin de réellement constater si la voie professionnelle que nous avons décidé de suivre est sensiblement la bonne ? Pour ma part, oui, j'ai su profiter de nos longues disponibilités post-exam d'été pour réaliser un stage dans la gestion de patrimoine, secteur qui m'intéressait. Ce stage bien que non-rémunéré, m'a apporté bien plus en qualification que le coté pécunier.
Je ne compte pas m'arrêter là, et je vais dorénavant consacrer une petite partie de mes étés à suivre des stages dans des secteurs avoisinant ce dernier pour témoigner d'un réel engouement auprès des professionnels.
Une petite anecdote, j'ai pu obtenir un stage durant ma Licence 1, grâce au module PPP (Projet Personnel Professionnel), organisé par l'université.

Bien que nous n'avons qu'un seul stage obligatoire tout au long de nos 3 ans de licence, qu'est ce qui nous empêche de nous investir dans un stage afin de réellement constater si la voie professionnelle que nous avons décidé de suivre est sensiblement la bonne ? Pour ma part, oui, j'ai su profiter de nos longues disponibilités post-exam d'été pour réaliser un stage dans la gestion de patrimoine, secteur qui m'intéressait. Ce stage bien que non-rémunéré, m'a apporté bien plus en qualification que le coté pécunier.
Je ne compte pas m'arrêter là, et je vais dorénavant consacrer une petite partie de mes étés à suivre des stages dans des secteurs avoisinant ce dernier pour témoigner d'un réel engouement auprès des professionnels.
Une petite anecdote, j'ai pu obtenir un stage durant ma Licence 1, grâce au module PPP (Projet Personnel Professionnel), organisé par l'université.

Si demain, une occasion relative à mon projet professionnel se présente, je la saisirai sans nul doute, pour ensuite reprendre mes études à postériori.
L'emploi du temps universitaire étant relativement souple, il est tout à fait possible de le concilier avec un job étudiant, proposé par l'université ou d'autres structures.


Votre sentiment sur le réseau UPVD Alumni ?
 
 A mon sens, la création d'Alumni était nécessaire à l'heure du développement digital. Il est un moyen plus évolué que le simple facebook qui nous cantonne à notre cercle d'amis pour échanger. Il permet un suivi des étudiants et professionnels transitant par notre université. Il nous réunit, de manière ludique et décontractée autour d'after-works, en plus de nous mettre au courant de l'actualité du campus, il peut aussi éventuellement nous proposer des offres de CDI/CDD/stages à travers cette fois-ci une petite cotisation.
De plus, il est impératif pour développer notre sentiment d'appartenance à l'UPVD.
 
Perpignan souffre d'un cruel manque de dynamisme, dû au fait qu'il est difficile de motiver des personnes aux évènements organisés. Alumni, si les étudiants prennent le soin de le consulter brièvement chaque semaine, est une bonne solution pour nous fédérer.

 L'utilisation première que j'en fais, est pour m'informer des derniers évènements mis en place par l'université et pour contacter d'éventuels professionnels, étudiants concernés par le métier que je souhaiterai exercer.
 

320 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Loïc Tomissi: élu, géographe, urbaniste, entrepreneur, auteur et éternel étudiant

User profile picture

Carla Muti

06 mai

Interview

Hoang Vu Le: sortir des sentiers battus

User profile picture

Carla Muti

01 avril

Interview

Caroline Huguen, géophysicienne chez Total

User profile picture

Carla Muti

26 mars